Reconnaître le harcèlement moral au travail

Le harcèlement moral au travail a pour but d'isoler, voire pousser un salarié à la démission souvent afin d'éviter un licenciement qui serait plus coûteux et plus complexe. Le harcèlement consiste en des actions répétitives dans le but de déstabiliser le salarié, de dégrader ses conditions de travail et sa dignité, de le faire renoncer à ses droits, de porter atteinte à sa santé physique et mentale ou de remettre en cause sa carrière professionnelle.

Le harceleur peut être missionné par l'employeur pour pousser un salarié à la faute ou à la démission, il peut aussi être une personne ayant des troubles du comportement qui cherche à s'affirmer alors qu'il n'est pas sûr de lui. C'est peut-être aussi quelqu'un qui, sous prétexte d'humour, se moque et humilie l'autre en permanence, ou encore quelqu'un doté d'un caractère faible qui est constamment dans la crainte concernant l'avenir sa propre carrière.

Cette liste n'est pas exhaustive. La personne harcelée se sent souvent démunie, isolée, commence à redouter son arrivée sur le lieu de travail, perd l'appétit et le sommeil, avec parfois de lourdes conséquences sur sa vie professionnelle et sa vie en général, voire son suicide.

Comment réagir en cas de harcèlement moral au travail

Devant l'accumulation de drames et de signalements, le législateur a donné un cadre juridique de plus en plus précis à ces agissements qui sont à présent qualifiés de délit. La démarche primordiale est de ne pas vouloir résoudre seul le problème, de ne pas se laisser faire grâce à un avocat spécialisé dans le harcèlement moral.

Si vous résidez à Cannes, vous pouvez vous poser la question de savoir en quoi peut vous aider un avocat du harcèlement moral à cannes. Eh bien, la victime de harcèlement moral n'est en effet plus en capacité physiquement ou moralement pour engager des procédures qui vont de l'alerte des représentants du personnel, de la saisie de l'inspection du travail, de la demande d'une médiation par un professionnel, ou encore de la saisie du Conseil des Prud'hommes et de la justice.

Toutes ces procédures peuvent être concomitantes et demandent à être orchestrées de telle façon à parvenir à une solution interne à l'entreprise ou à faire valoir ses droits à l'extérieur. Il faut savoir qu'un syndicat peut également porter plainte à la place du salarié et que la loi prévoit des sanctions pouvant aller jusqu'à deux ans de prison et 30 000 € d'amende en plus du versement d'éventuels dommages et intérêts pour les préjudices subis.

Retour